Chargement Évènements

Les artistes Nathalie St-Pierre et Christine Vallée vous proposent des oeuvres qui explorent la thématique de l’eau. Nathalie St-Pierre présentera une performance intimement liée à son oeuvre Dire l’intime: dialogue avec le sacré dans l’acte de créer, le jeudi 14 septembre à 17h30 et le dimanche 1er octobre à 14h30. Les deux artistes explorent la fluidité de l’eau qui se situe entre le concret et l’abstrait, entre ce qui est souterrain et la surface. Exposition présentée du 10 septembre au 8 octobre à la Salle Jean Paul-Lemieux de la bibliothèque Étienne-Parent.

Christine Vallée

Issue du monde de l’architecture,  Christine Vallée poursuit depuis plusieurs années une pratique artistique. Au fil des ans son parcours s’est enrichi par l’apport significatif de plusieurs professeurs dont Paul Lacroix, Lucienne Cornet et Alexandre David  à l’Université Laval et à l’École internationale de Perçé.

Elle pratique le dessin à l’encre de façon continue et a recours comme véhicule privilégié aux techniques de l’estampe dont la lithographie et la sérigraphie. Cette pratique la conduit vers une formation en livre d’artiste sous l’égide de Nicole Malenfant (Arts visuels, U Laval).Le livre d’artiste combiné à sa pratique architecturale l’oriente vers une recherche en trois dimensions.

En tant que membre d’ENGRAMME elle participe à plusieurs collectifs au Québec comme à l’international. En tant que membre du collectif, le CALAVQ, elle pratique le dessin de portrait. En que membre du regroupement BLEU, elle rejoint ses membres dans leurs activités « événementielles ».

Le dessin est la base graphique et est à l’origine de toutes interventions au sein de la démarche artistique de Christine Vallée. La ligne évolue, bouge à la recherche du mouvement. La ligne se multiplie et se densifie à la recherche des limites de l’abstraction exprimant l’intensité d’une émotion. La ligne s’épure ou s’égare à la recherche de sa propre poésie. Plutôt explorations de lumière les noirs engendrent les formes et les relient alors que la couleur n’intervient que pour solidifier les propos. Les dessins  ainsi produits se conjuguent en un discours nourri de propos poétiques inspirés de la nature, de fait divers ou de la vie.

 

Nathalie St-Pierre

Nathalie St-Pierre vit et travaille à Québec. Artiste  et enseignante, l’engagement est au cœur de sa pratique. Elle offre des ateliers de création où des centaines de personnes ont profité de son enseignement;  vivre et dire sont intimement liés à son œuvre qui se veut autobiographique. Les thèmes et sujets centraux dans sa démarche: la résilience, la survie, la soif et la recherche de l’absolu. Elle a réalisé plusieurs expositions individuelles et en groupe.  Représentée en galerie, elle a aussi publié avec ses élèves, De Bronze et d’histoire, le carnet des monuments de Québec et le Carnet des escaliers de Québec. Ses œuvres font partie de plusieurs collections privées ici et à l’étranger.

 »Je suis intéressée par la condition humaine, par sa fragilité et par la force qui l’habite. Je cherche à comprendre de quelle manière la résilience des autres résonne en moi et comment je peux en témoigner dans ma création. J’utilise le langage de la peinture, du dessin et de la performance pour dégager une expérience signifiante qui donne un sens à ma quête d’absolu.

Écouter, m’intéresser à l’autre, comprendre son histoire à travers trois espaces : d’où il vient, où il est et où il va. Ces espaces qui m’apparaissent comme des métaphores de la mouvance humaine me servent de matériaux de base pour la création de mon œuvre. Chaque individu a son histoire, comment celle-ci s’articule-t-elle à travers le temps ? Le passé comme des racines, où l’histoire et la mémoire sont racontées; le présent comme un socle, comme une pierre angulaire, outil essentiel à la survie; l’éternité vue comme une architecture, une cathédrale intérieure.

Une partie de mon travail s’articule autour du monde inuit et aborde les questions liées à la fragilité de l’humain et à son environnement. À l’instar du peuple du Nord et ce dans une quête où vivre et dire ne font qu’un, j’associe une iconographie plus intime à mon expérience, mon espace.

Je visualise ma création, sur la toile, sur la feuille, les traits et  les couleurs se superposent. Je trace des lignes noires, des formes humaines, des formes minérales et des formes architecturales. En cours de travail, des imprévus surviennent et je les accueille. Des couleurs ou des effets non prémédités me surprennent. Heureux hasards qui apporteront un aspect non contrôlé à mon travail.

Pour me rapprocher davantage de l’autre, j’ai intégré à ma pratique la performance, le lavement des pieds, un geste tout simple qui n’a d’autre visée que de reprendre contact avec notre humanitude.

C’est en le pratiquant que j’ai constaté que cet acte modeste est puissant et qu’il est plus grand que ceux qui le pratiquent. Ce n’est pas seulement une gratitude d’une personne à l’égard d’une autre. C’est un geste qui devient manifestation de la vérité humaine qui n’est autre que la vérité de l’invisible, celle qui nous dépasse infiniment, l’amour. »

 

Dire l’intime : Dialogue avec le sacré dans l’acte de créer

Geste de réconciliation, profondeur insoupçonnée et mise à nu se révèlent peu à peu dans les œuvres de l’artiste. Se recréer à l’intérieur d’une cathédrale où fragilité, force et foi se rencontrent pour faire naître un mieux-être, un espace habitable et désencombré. Empreinte intime, expérience universelle émanant du cœur, tel un appel à la rencontre de soi et de l’autre. Sa quête se présente comme un pont entre ce qu’elle veut vivre et dire dans sa création. Mais comment le dire, comment le faire ? L’art est du moins la seule voie lui permettant de répondre à cette soif de révéler.

 

Horaire

Du mardi au vendredi: de 14h à 17h, et de 18h à 21h

Le samedi et dimanche: de 14h à 17h

Entrée libre – Pour tous